Quel est le malus en cas d’accident responsable ?

Publié le : 29 mai 202312 mins de lecture

En assurance auto, le malus est un terme utilisé pour désigner le système de majoration de la prime d’assurance pour pénaliser les conducteurs qui ont occasionnés plusieurs accidents engageant leur responsabilité. Mais en quoi consiste exactement le malus cas d’accident responsable ?

Qu’est-ce qu’un accident responsable en assurance auto ?

Dans l’univers de l’assurance auto, un accident est dit responsable lorsqu’il engage entièrement la responsabilité du conducteur du véhicule. En effet, lors d’un accident tous les conducteurs concernés doivent effectuer un constat permettant de déterminer le degré de responsabilité de chaque conducteur. C’est ensuite que la déclaration ou non de la responsabilité d’un conducteur soit soumis à son assureur qui lui donnera ou non un malus en fonction du sinistre. Il faut savoir que les coefficients de réduction-majoration doivent être les mêmes pour toutes les compagnies d’assurance. Le malus intervient quand le conducteur déclare un accident responsable, il s’agit d’une augmentation de sa prime d’assurance en fonction de son degré de responsabilité. On peut trouver des informations sur une assurance pour malussé sur plusieurs sites spécialisés en ligne.

Les deux règles spécifiques pour le calcul du malus

  • si vous êtes totalement responsable de l’accident, votre malus est de 25 %. Votre coefficient de bonus-malus sera multiplié par 1,25 ;
  • si vous n’êtes que partiellement responsable, votre malus est de 12,5 %. Votre coefficient de bonus-malus est alors multiplié par 1,125.

Exemples d’accidents responsables

Dans cette liste d’exemples, nous examinerons quelques types d’accidents responsables qui peuvent survenir sur les routes. Ces exemples nous permettront de mieux comprendre les situations qui peuvent conduire à une responsabilité dans le cadre de l’assurance auto, et de souligner l’importance d’une couverture adéquate pour faire face à ces incidents malheureux.

Collision arrière

Si vous heurtez la voiture qui vous précède par l’arrière, vous serez généralement considéré comme responsable de l’accident. La raison en est que la règle de base est de maintenir une distance de sécurité et d’adapter votre vitesse à celle du véhicule devant vous.

Changement de voie sans vérification adéquate

Si vous changez de voie sans vérifier correctement vos rétroviseurs, vos angles morts ou en ignorant les clignotants, et que vous entrez en collision avec un autre véhicule, vous serez probablement considéré comme responsable.

Non-respect des feux de signalisation

Si vous ignorez un feu rouge ou un feu de stop et provoquez un accident, vous serez considéré comme responsable. Les feux de signalisation sont conçus pour réguler la circulation et garantir la sécurité de tous les conducteurs.

Excès de vitesse

Si vous conduisez à une vitesse supérieure à la limite autorisée et que vous provoquez un accident, vous serez généralement considéré comme responsable. Le non-respect des limites de vitesse augmente considérablement les risques d’accidents.

Négligence dans le stationnement

Si vous garez votre véhicule de manière incorrecte ou négligente et que cela entraîne des dommages à d’autres véhicules, vous pouvez être tenu responsable des dommages.

Renverser un piéton avec dommage corporel

Si un automobiliste renverse un piéton avec dommage corporel, il est considéré comme un sinistre responsable. En cas de sinistre responsable, l’assurance peut prendre en charge les frais médicaux du piéton et, le cas échéant, une indemnisation pour le dommage subi.

Il est important de noter que la responsabilité dans un accident peut varier en fonction des circonstances spécifiques, des témoignages des parties impliquées et des preuves disponibles. Les lois et les réglementations de la circulation peuvent également différer selon les pays et les juridictions. Si vous êtes impliqué dans un accident, il est préférable de consulter les autorités compétentes et votre compagnie d’assurance pour obtenir des conseils spécifiques à votre situation.

Qu’est-ce qu’un malus en assurance auto ?

Le malus en assurance automobile est un coefficient qui est appliqué lorsque le conducteur est responsable d’un accident. Ce coefficient peut entraîner une majoration de la prime d’assurance lors du renouvellement du contrat. Le mode de calcul du malus en cas d’accident entièrement responsable peut varier selon les compagnies d’assurance, mais il est généralement basé sur un système de points.

Lorsqu’un conducteur est impliqué dans un accident dont il est entièrement responsable, il se voit attribuer un certain nombre de points de malus. Ce nombre de points dépend de la gravité de l’accident et de la politique interne de chaque compagnie d’assurance. Plus l’accident est considéré comme grave, plus le nombre de points de malus sera élevé.

Une fois les points de malus attribués, ils sont utilisés pour calculer la majoration de la prime d’assurance. Chaque compagnie d’assurance a sa propre grille de conversion des points en pourcentage de majoration. Si le conducteur accumule plusieurs points de malus, la majoration peut être significative et entraîner une hausse considérable de la prime d’assurance.

Le malus en assurance auto n’est pas permanent. Avec le temps et à condition de ne pas être responsable de nouveaux accidents, les points de malus peuvent diminuer voire être totalement effacés. Cette réduction des points de malus peut se faire sur une base annuelle, selon les règles de chaque compagnie d’assurance.

Pour mieux comprendre l’évolution du coefficient bonus/malus, vous pouvez vous rendre sur ce site du Ministère de l’Intérieur.

Malus assurance auto : mode de calcul en cas d’accident entièrement responsable

Comment calculer un malus ?

Le pourcentage de malus est toujours le même qu’il s’agisse du premier ou du troisième accident responsable. En général le pourcentage s’élève à 25 % en cas d’accident totalement responsable et il se multiplie par le nombre d’accidents responsable déclarés par le conducteur au cours de l’année. Toutefois, il est important de savoir que le malus maximal permis en cas d’accident responsable ne doit pas dépasser les 3,5 fois la prime. La part de responsabilité du conducteur dans un sinistre responsable est déterminé par la compagnie d’assurance à l’issu du constat amiable que le conducteur lui-même doit envoyer à la compagnie.

Exemple de calcul d’un malus

Coefficient initial : 1

Malus pour le premier accident

Le premier accident entraîne une majoration de 25% du coefficient initial. Donc, le nouveau coefficient sera calculé comme suit : 1 * 1,25 = 1,25

2 ème accident la même année

Le deuxième accident entraîne une nouvelle majoration de 25% du coefficient actuel (1,25). Donc, le nouveau coefficient sera calculé comme suit : 1,25 * 1,25 = 1,5625

Ainsi, suite aux deux accidents, le coefficient final serait de 1,56.

Quelle est la durée d’un malus d’accident responsable ?

Si vous n’avez pas de sinistre durant une année, 5% du malus sera effacé. Si vous souhaitez effacer votre malus de 25%, il suffit de 2 ans pour effacer un malus grâce à à la baisse du Coefficient Réduction Majoration.

Assurance auto : Quel est le malus en cas d’accident partiellement responsable ?

Un conducteur est partiellement responsable lors d’un accident si après le constat à l’amiable, il a été déduit que les torts sont partagés par tous les conducteurs. Dans ce cas le malus est moins important, car le pourcentage est de 12.5 % au lieu de 25 % pour le cas d’un accident entièrement responsable. Par ailleurs, pour les véhicules professionnels le pourcentage du malus est de 10 % en cas de sinistre partiellement responsable. Dans tous les cas, il est recommandé d’utiliser les outils de calcul bonus-malus pour avoir une idée du pourcentage de majoration ou de réduction de sa prime d’assurance et mieux comprendre son fonctionnement.

Que se passe-t-il concernant les malus pour l’accident responsable d’un jeune conducteur ?

En tant que jeune conducteur, être responsable d’un accident peut avoir des conséquences spécifiques sur votre assurance auto. Les jeunes conducteurs sont généralement considérés comme plus risqués par les compagnies d’assurance en raison de leur manque d’expérience au volant. Par conséquent, un accident responsable peut entraîner un malus plus important pour un conducteur novice.

Le malus en cas d’accident responsable pour un jeune conducteur sera généralement calculé de la même manière que pour tout autre conducteur. Il peut être basé sur un système de points de malus ou de coefficients multiplicateurs, selon les pratiques de la compagnie d’assurance.

L’impact du malus sur la prime d’assurance d’un jeune conducteur peut être plus significatif que pour un conducteur expérimenté. Cela signifie que la prime d’assurance pourrait augmenter considérablement après un accident responsable, ce qui peut représenter une charge financière importante pour un conducteur novice.

Questions fréquemment posées par les internautes

Comment déclarer un sinistre non responsable ?

Pour déclarer un sinistre non responsable, vous devez contacter votre assureur et remplir un constat amiable. Ce document inclut des informations sur les véhicules impliqués, la nature du sinistre et les circonstances dans lesquelles il s’est produit. Vous devrez également fournir des preuves supplémentaires, telles que des photographies ou des témoignages, afin que votre assureur puisse évaluer la situation et prendre une décision.

Qui décide de la responsabilité d’un accident ?

Dans la plupart des cas, le constat amiable est le document qui détermine qui est responsable de l’accident. Ce document est complété par les deux parties impliquées dans l’accident, qui y inscrivent leurs noms et leurs coordonnées, ainsi que les détails relatifs à l’accident. Le constat amiable est ensuite envoyé à l’assureur de chacune des parties, qui se chargera de déterminer si le sinistre est responsable ou non.

Pourquoi un sinistre non responsable entraîne une augmentation de cotisation ?

Les assureurs sont susceptibles de modifier le montant de votre cotisation en cas de sinistre non responsable. En effet, les sinistres non responsables sont susceptibles d’augmenter les chances d’un autre sinistre à l’avenir. Par conséquent, l’assureur peut estimer que vous représentez un plus grand risque et modifier le montant de votre cotisation.

Qui déclare un sinistre ?

Un sinistre responsable doit être déclaré à l’assureur par le conducteur du véhicule responsable de l’accident. Le conducteur responsable devra indiquer les circonstances et les conséquences du sinistre et fournir les informations nécessaires à l’assureur afin de pouvoir traiter le sinistre.

 

Plan du site